Les Aventures de TinTin: Le Temple du Soleil

Les Aventures de TinTin: Le Temple du Soleil

Regular price $5.00
Add to Wishlist

Histoire

Cette aventure, qui inaugure le journal TINTIN le 26 septembre 1946, annonce la reprise de celle qui fut interrompue deux ans plus tôt. Tintin, Milou et le Capitaine Haddock s'envolent pour le Pérou à la recherche du professeur Tournesol. Celui-ci a involontairement commis un sacrilège qui le destine au châtiment suprême.

Comme ce fut le cas pour la création de plusieurs de ses aventures, Hergé se rendit au musée du Cinquantenaire qui fait partie des Musées royaux d'Art et d'Histoire, afin de se documenter. C'est notamment en ces lieux qu'il vit un modèle de vase-portrait (communément appelé vase étrier car grâce à sa boucle, il était possible d'y passer une corde et d'ainsi l'attacher aux lamas avec d'autres vases du même type) de la culture Mochica dont il s'inspira pour dessiner celui présent à la page 45 de l'aventure de Tintin.

Décors

Pour dessiner les décors du Temple du Soleil proprement dit, Hergé s'inspira de plusieurs lieux bien réels, à savoir : la forteresse de Sacsahuaman, le site de Tiahuanaco ou encore la citadelle du Machu Picchu.

Cette ancienne cité Inca, aujourd'hui en ruines, située sur les hauteurs de la Cordillère des Andes, servit de modèle pour un des décors principaux: celui qui délimite le lieu sacré où les Incas ont dressé le bûcher sacrificiel.

Momie enveloppée de tissus -Culture Chancay Il découvrit également dans un ouvrage de Wiener, Pérou et Bolivie, une image de tête de momie de la culture Chancay qu'il employa pour dessiner les deux momies présentes sur la couverture du Temple du Soleil et à la page 45 de cet album.

Les origines du frontispice de l'album

C'est également dans cet uvrage de Wiener qu'Hergé découvrit une illustration du dieu INTI qu'il reproduisit à l'identique pour le frontispice de l'album et pour l'illustration présente dans le vaste décor de l'immense salle où Tintin, Haddock et Zorrino pénètrent, à l'intérieur du temple du Soleil.

En réalité, ce  «Dieu aux bâtons» n'est autre que celui qui orne la porte du Soleil du Tirvanaku.

The National Geographic

La revue de février 1938 fournira à l'auteur une abondante documentation, notamment pour représenter le Grand Prêtre lorsqu'il va présider au sacrifice, le cortège des jeunes vierges du Temple Sacré et la danse du serpent précédant l'immolation par le feu ainsi que pour les décors inspirés des sites de Sacsahuaman et Machu Picchu.

Le train le plus haut du monde

Comme Hergé possédait L'Encyclopédie des Chemins de Fer illustrée publiée en 1927 par la Librairie Hachette, il s'y documenta sur les trains et autres véhicules ferroviaires du Pérou.

JACOBS, un allié précieux

Afin de coller au mieux à la réalité, Hergé bénéficia de l'aide de Jacobs à qui il demanda, entre autres, de poser pour certaines attitudes qu'il voulait dessiner. Il fit par exemple fabriquer un poncho à rayures qu'il demanda à Jacobs d'enfiler afin qu'il puisse le dessiner. Jacobs passa aussi de nombreuses heures au Cinquantenaire pour étudier des ouvrages traitant de l'Amérique du Sud et des Incas et rechercher des détails importants à la réalisation de cette aventure. Certains fruits de ses recherches ont par ailleurs été réutilisées par E.P. Jabobs dans l'album «L'Énigme de l'Atlantide» de Black et Mortimer.

Tournesol en perpétuel décalage

Le professeur Tournesol traverse l'entièreté du récit dans une sereine inconscience. Et, à l'instant le plus critique, sur le bûcher du sacrifice où lui et ses compagnons vont être immolés par le feu, il s'imagine au cœur d'une reconstitution historique réalisée par le cinéma.

L'éclipse

Pour la scène si déterminante de l'éclipse, Hergé emprunte, comme le fit La Fontaine à Esope, à Gaston Leroux divers éléments puisés dans son livre L'Épouse du Soleil. Il s'inspira également d'un texte du livre Christophe Colomb de C. Giardini (Dragaud, Paris, 1970) dans lequel l'auteur narre que les Espagnols réussirent à soumettre définitivement les indigènes grâce à une éclipse de lune annoncée par un calendrier.

Il est également intéressant de souligner une erreur à propos de cette éclipse. En effet, l'éclipse évolue de droite à gauche alors qu'en réalité, vu que le Pérou se trouve dans l'hémisphère sud, ce phénomène devrait évoluer de gauche à droite. Cette erreur a été communiquée à Hergé par un enfant qui lui a écrit une longue lettre pour lui faire part de son mécontentement à ce sujet.

Les Dupondt radiesthésistes

Les Dupondt innovent dans leurs techniques d'investigation. À l'instar du professeur Tournesol, ils recourent à la radiesthésie sans grand succès. Grâce à cette technique, les Dupondt deviennent les acteurs d'un véritable running gag (comique de répétition). Ces gags font échos aux situations vécues par nos héros.

Si Tintin et ses amis se trouvent sur le bûcher, les Dupondt les chercheront dans le désert. Quand Haddock fait s'écrouler le bûcher et en est tout secoué, les Dupondt les chercheront sur une piste d'auto-tamponneuses,...

Un travail considérable de remise en forme

Pour faire rentrer son récit dans le format habituel de 62 pages, Hergé fut obligé d'effectuer un énorme travail de remise en forme sur les planches parues dans le Journal Tintin. Parmi les principales suppressions, on peut citer la scène où Haddock se débarrasse d'énormes pépites d'or qu'il avait mises dans ses poches ou encore celle où ce même Haddock dessine le portrait de Tintin à la craie sur un mur.

Pour les nostalgiques, il est à noter que la version originale du Temple du Soleil a été rééditée à deux reprises en format à l'italienne aux Éditions Casterman, en 1988 et en 2003.

 

The Les Aventures de TinTin: Le Temple du Soleil is the yin, to your yang. You've found what you're looking for.

Inventory Last Updated: Nov 24, 2020

Share this Product


More from this collection